La Francie Carolingienne

Introduction

Peu après la mort de Charlemagne, trois événements majeurs marquent l'Empire carolingien :

  • Des troubles de successions entraînent la dislocation de l'Empire, désormais la partie germanique est définitivement séparée de la partie romane. Ce sont les premiers visages de la France et de l'Allemagne qui apparaissent.
  • L'Europe est en proie à de nouvelles invasions (Sarrasins, Hongrois, Normands ...). Les Vikings constituent cependant la menace la plus importante. Leur intrusion dans la « Francie » va bouleverser à jamais le pays.
  • Les Robertiens (de Robert le Fort, ancêtre des Capétiens) vont très vite s'imposer face aux Carolingiens régnants. Pendant un siècle, les deux familles vont se disputer la couronne avant qu'elle ne soit définitivement attribuée aux Robertiens.

La division de l'Empire

La mort de l'Empereur

C'est en tant que dernier fils survivant de Charlemagne que Louis Ier le Pieux (ou le Débonnaire) obtient le titre d'empereur d'Occident en 814. L'empire ne sera donc pas découpé, comme il était coutume de le faire à l'époque. Pendant quelques temps encore, la machine crée par Charlemagne va continuer de fonctionner. Mais Louis Ier qui se fait appeler « le Débonnaire » en raison de sa faiblesse de caractère n'est pas l'homme apte à conserver l'unité. Jusqu'à sa mort, il va lutter contre ses trois premiers fils (Pépin, Louis, Lothaire), jaloux de leur demi-frère, Charles, fils de sa seconde femme Judith de Bavière. Par ailleurs, le pape Etienne IV gagne de l'indépendance et le lien entre Rome et l'Empire semble rompu. Après la naissance de Charles, un nouveau partage est décidé, celui-ci ne plaît pas aux trois frères qui déposent leur père en 833. Pépin et Louis, regrettant d'avoir donné tous les pouvoirs à Lothaire (l'aîné qui avait obtenu la plus grosse part du pouvoir), restaurent leur père déchu en 835. En 840, Louis le Pieux meurt, laissant derrière lui une succession qui s'annonce délicate.

Les trois frères

Pépin d'Aquitaine, second fils de l'empereur mourut en 838. A la mort de Louis le Débonnaire, l'Empire est donc partagé entre ses trois autre fils : Louis le Germanique, Lothaire et leur jeune demi-frère Charles le Chauve. Seulement, Lothaire décide de s'approprier l'intégralité du territoire. Louis s'allie donc avec Charles contre leur aîné qui est battu en 841 (bataille de Fontenoy en Puisaye). Les deux frères se prêtent serment à Strasbourg (842), puis gagnent Aix-la-Chapelle, où Lothaire est contraint d'accepter un partage équitable. En 843, le partage est finalement décidé à Verdun :

  • Lothaire reçoit la Francie médiane, de la mer du Nord à l'Italie, il garde le titre d'empereur.
  • Louis le Germanique reçoit la Francie orientale ou Germanie (la future Allemagne).
  • Charles le Chauve reçoit la Francie occidentale (la future France).

Les frères tentent alors de mener une politique plus fraternelle, en tentant de se consulter. Parallèlement à ses querelles fratricides, les premières escarmouches normandes apparaissent sur les côtes de la Manche et de l'Atlantique.

Le partage de Verdun

Les Normands

Les premières incursions normandes

En 793, les Vikings (guerriers de la Mer) font leur première incursion sur une île anglaise, pillant et saccageant un monastère. Leur réputation arrive même jusqu'à la cour de Charlemagne suscitant l'épouvante. Il faut dire qu'ils ne font pas les choses à moitié, arrivant sur leur proie par surprise, les mutilant de toute part, et incendiant tout sur leur passage. Réputés invincibles, ces guerriers barbares appartiennent à une civilisation très ancienne. Ils étaient originaires des pays scandinaves (Danemark, Finlande, Norvège). Leurs villages étaient situés au fond des fjords, là où de maigres terres permettaient la culture et l'élevage. C'est probablement la surpopulation ainsi que l'incapacité de ces terres peu fertiles à nourrir tous leurs habitants qui poussèrent les clans à chercher fortune ailleurs. Plus tard lorsqu'ils se rendirent compte que les frontières de l'empire carolingien n'étaient plus protégées, c'est la population de régions entières qui participa aux expéditions militaires, modifiant ainsi le destin de plusieurs pays. Leur expansion se fit dans deux directions :

  • Vers l'est et les plaines de Russie (Varègues originaires de Suède).
  • Vers l'ouest, où ils conquirent les îles du nord, de l'Angleterre au Groenland (conquête d'Erik le rouge), puis descendirent vers le sud, atteignant la Sicile (Robert Guiscard) et Constantinople ! Leif Erikson, fils d'Erik le Rouge gagna même l'Amérique du Nord.

Le drakkar, terreur des mers

Navigateurs infatigables, dont la technique maritime était supérieure à tous les autres peuples de l'époque, les Normands utilisaient le knorr. Bas sur l'eau, fuselé, souple, il était surnommé « le destrier des ondes », mais ceux qui le voyait apparaître à l'horizon le nommait le drakkar, c'est à dire dragon, car sa proue était souvent surmontée par une tête de cet animal fantastique.

La société des Vikings

Les Vikings vivaient dans de petits villages, les maisons et les fermes étaient généralement en bois, avec un toit recouvert de paille. La société viking était divisée en groupes. Un chef, ou roi, commandait le clan en temps de guerre. Mais, ordinairement, les décisions importantes étaient prises par les thing, ou assemblées d'hommes libres. A partir de 930 furent convoqués des assemblées de toute la nation viking, appelés al thing. Les hommes libres se divisaient en karl, riches agriculteurs qui formaient le gros de l'armée, et en jarl, agriculteurs modestes qui devaient travailler eux-mêmes leurs champs. Au bas de la société, les esclaves, ou thrall, prisonniers ou Vikings réduits en servitude parce qu'ils n'avaient pas pu s'acquitter de leurs dettes. Les Vikings partageaient la religion des Germains, la religion nordique. Après la conversion plus ou moins forcée de toute la Germanie par Charlemagne, ils restent les seuls adorateurs de Thor et d'Odin. Mais peu à peu, le monde viking entier se convertit. En l'an 1000, l'Islande devient catholique par choix politique.

La mythologie scandinave

La mythologie nordique est constituée des légendes provenant de la religion pratiquée autrefois dans une grande partie de l'Europe du Nord. Religion panthéiste accordant une large place à la Nature, à la femme (plusieurs déesses importantes) et à la divination (art associé aux runes), elle place la Vie au centre de son système, une vie conçue comme affrontement des forces de création et de dissolution, d'où résulte toute fécondité. Au delà des Dieux, la mythologie évoque aussi la présence de créatures célèbres (trolls, elfes, géants, dragons...).

L'avenement des Robertiens

Le règne de Charles le Chauve

Au moment où Charles le Chauve reçoit la Francie occidentale, certaines régions refusent sa tutelle. C'est le cas de la Bretagne où Nominoë parviendra à garder son royaume en battant les troupes royales (846). Les Aquitains, quant à eux, proclament roi Pépin II, fils de leur précédent roi Pépin Ier (également demi-frère de Charles). Mais en 841, les Normands font leur première incursion sur les côtes françaises en saccageant Rouen, pillant tout sur leur passage. Très vite le royaume est investi, et les Aquitains sont contraints de traiter avec Charles le Chauve, puis finissent par lui proposer le royaume d'Aquitaine. Pépin II, vexé, s'alliera avec les Vikings pour saccager son ancien royaume. Chaque année, les Vikings reviennent, encore plus violents, Charles ne parvient pas à trouver l'appui des autres Nations du traité de Verdun, il essaye en vain de restaurer la situation mais au prix de lourdes concessions. Dès 856, les Vikings font leur première grande incursion, cette vague de déferlements ne cessera qu'en 861. Compte tenu de la gravité de la situation, Charles est contraint de confier des responsabilités militaires à de hauts dirigeants.

Robert le Fort, père des Robertiens

Au même moment où règne Charles le Chauve, apparaît un personnage important de l'Histoire de France, c'est Robert le Fort. Appartenant à la même famille que la première épouse de Louis le Pieux, Robert devient missi dominici en 853. Deux ans plus tard, il se soulève contre son roi, puis devient duc de la région entre la Seine et la Loire. Il s'illustre alors contre les Bretons, mais surtout il arrête par deux fois (864 et 865) les Normands. Robert devient alors une des personnes les plus influentes du royaume. En 856, la situation devient plus grave, Charles le Chauve lui confie alors un commandement important à l'Ouest. Robert fortifie les villes et les fleuves et affronte vigoureusement les Normands. La même année, il meurt au cours du combat de Brissarthe près d'Angers. Pendant ce temps, Charles tente de mater les conflits avec l'aristocratie française. A la mort de l'empereur Lothaire, Louis le Germanique (Allemagne) et Charles le Chauve (France) décident de se partager le royaume de leur défunt frère. En 875, les amitiés de Charles avec la papauté lui sont favorables, il parvient à gagner le titre d'empereur. Mais, il meurt en 877, laissant derrière lui une situation difficile dans le royaume.

Les Vikings débarquant sur les côtes françaises

(Bibliothèque Nationale de France)

(Bibliothèque Nationale de France)

Le renforcement des Robertiens

Après la mort de Robert le Fort, son demi-frère Hugues l'Abbé est chargé de la tutelle de ses deux fils : les jeunes Eudes et Robert. Hugues s'acquitte fort bien de son rôle en renforçant l'héritage de Robert le Fort. Il fortifie les places fortes de la région du Centre (Orléans, Blois...), mais surtout il gagne de l'influence à la Cour. Ainsi, à la mort de Charles le Chauve, le fils du roi, Louis II le Bègue est soumis à la grande influence des Grands du royaume qui l'élisent roi aux prix de fortes concessions, Louis est même contraint d'accepter la tutelle d'Hugues l'Abbé qui agit comme le faisait les maires du palais sous les Mérovingiens. Louis le Bègue est faible et malade, sous son règne, le pouvoir royal perd son autorité. Il meurt prématurément en 879. Dès lors, ce sont les partis des Grands qui tiennent la couronne entre leurs mains, néanmoins les partisans des rois légitimes l'emportent et la couronne est alors octroyée à Louis III et Carloman, les deux fils du roi. Avec les différends que connaît le royaume, le pays est alors depuis plusieurs années à la merci des Normands. Ces derniers ont depuis changés de méthode, au lieu de se contenter de remonter les fleuves, ils s'engouffrent de plus en plus à l'intérieur des terres. Les deux jeunes rois se montrent plus actifs que leur père, et c'est l'aîné Louis qui est chargé de lutter contre les Normands. Après plusieurs succès, Louis tombe malade et meurt, son frère Carloman, âgé de 16 ans tente de reprendre l'œuvre de son frère. Mais les Grands décident alors de payer un important tribut aux Vikings en échange de leur retrait. Carloman meurt en 884 au cours d'un accident de chasse.

Les Robertiens

Les Robertiens sur le trône

Devant l'anarchie intérieure et la menace normande, les Grands écartent le dernier fils de Louis le Bègue (âgé de 5 ans), et confient la couronne à Charles le Gros, fils de Louis le Germanique, qui, possédant déjà l'héritage de son père, devient alors empereur d'Occident. L'unité de l'empire est alors ressoudée, mais Charles le Gros est loin d'avoir l'envergure de Charlemagne. Atteint d'épilepsie, le souverain s'avère médiocre et incapable d'assumer un tel titre. Eudes, le fils de Robert le Fort, est alors nommé comte de Paris. Face à l'immobilité de l'empereur, les Normands commencent l'assaut de Paris durant l'hiver 885-886. Mais la ville ne cède pas, le comte Eudes se couvre de gloire en défendant courageusement son territoire. C'est un succès décisif qui vaut à Eudes l'appui des Grands du royaume. Ainsi en 888, Charles le Gros est renversé, et Eudes devient roi de France. Ancêtre des Capétiens, il porte la couronne 108 ans avant Hugues Capet. Ceci est l'aboutissement de la prise du pouvoir par la Noblesse. La monarchie héréditaire franque est devenue élective. Le roi qui nommait les ducs et comtes (fonctionnaires du royaume) est maintenant choisi par eux et parmi eux. Eudes continue l'œuvre de son père Robert le Fort, et bat les Normands à Montfaucon. La seconde vague d'invasion normande qui commença en 879 paraît s'achever en 892. Pour éviter les dissolutions intérieures, Eudes fait du carolingien Charles III, son successeur à la couronne.

Eudes, défendant Paris des Normands

La sédentarisation des Vikings

A la mort de Eudes en 898, c'est Charles III le Simple, qui comme convenu monte le trône. Mais le pouvoir royal a bien changé. Pour répondre aux invasions normandes, mais aussi hongroises et sarrasines, le roi reconnaît et partage son pouvoir avec les comtes et marquis du royaume. Le champ d'action du roi se trouve alors rétréci. Mais le nouveau système de pouvoir transféré aux princes porte ses fruits. Ainsi, l'action contre les Normands est plus locale et précise, et cela finit par payer. Rollon, l'un des chefs normand, échoue devant Chartres grâce à l'alliance de l'aristocratie du Nord de la France. Des deux partis, on est alors prêt à un accord commun. En 911, par le traité de Saint-Clair-sur-Epte, passé entre Rollon et Charles III, la Normandie (terre des Normands) devient un duché donné aux Normands (hommes du Nord), contre la promesse de cesser les raids sur la Seine, de se faire baptiser, d'épouser Gisèle de France, la première fille de Charles le Simple. La sédentarisation des Vikings met ainsi fin aux invasions normandes, et leur chef Rollon se trouve alors vassal du roi de France.

Le baptême de Rollon

En échange du territoire de la Normandie, Rollon doit se convertir. Il se fait baptiser sous le nom de Robert à Rouen.

(Bibliothèque Nationale de France)

(Bibliothèque Nationale de France)

La cohabitation : Robertiens et Carolingiens

Charles le Simple face à la révolte des Robertiens

La fin du problème normand amène alors les seigneurs du royaume à se soulever de nouveau contre le roi. Robert, frère d'Eudes avait toujours soutenu son frère pendant son règne. A la mort de Eudes, Robert reçoit l'héritage de la famille (marche de Neustrie, comtés de Paris, Blois, Orléans...). Ce puissant marquis a la charge de défendre l'Ouest contre les Bretons et les Normands. Il continue cet ouvrage sous Charles le Simple, en défendant notamment la ville de Chartres face à Rollon. En 911, lorsque la paix est faite avec les Normands, Robert s'allie avec les autres dynasties féodales, il trouve l'appui de son beau-fils Raoul de Bourgogne. Pendant ce temps, Charles s'oppose aux familles de l'Est pour réclamer la Lotharingie qu'il finit par obtenir. En 920, au cours d'une assemblée, Charles se brouille violemment avec Robert. En 922, les Robertiens fomentent alors une révolte contre le roi et parviennent à élire Robert, roi des Francs. Charles le Simple est contraint à la fuite, mais il possède suffisamment de partisans en Lotharingie pour contre-attaquer. Au cours de la bataille de Soissons, Robert est tué au cours de la bataille, mais son fils Hugues le Grand, galvanise ses soldats en montrant le cadavre de son père, et finalement la bataille sera perdue par l'héritier carolingien. Les grands feudataires refusent encore de le reconnaître roi et lui préfère Raoul de Bourgogne (beau fils de Robert). Charles devenu un roi sans couronne trouve refuge chez son vassal, Herbert II de Vermandois qui le retient prisonnier (Robert Ier est son beau-frère), et l'enferme dans une tour du château de Péronne où il mourra en 929 après 6 années de captivité.

Le règne de Raoul de Bourgogne

L'avènement de Raoul de Bourgogne entraîne la perte de la Lotharingie au profit du roi de Germanie Henri l'Oiseleur. Raoul se consacre alors à la lutte contre plusieurs troupes normandes non implémentées en Normandie. Il est contraint d'acheter leur retrait. La vie politique en Occident voit la rivalité entre Raoul et Herbert de Vermandois qui veut agrandir son comté. Bientôt Herbert emploie des moyens de forces : rapprochement avec la Germanie, appel aux Normands de Rollon, chantage à la restauration de Charles le Simple (Herbert détient Charles prisonnier dans son fief). Hugues le Grand, fils de Robert fait alors alliance avec Raoul pour combattre les prétentions d'Herbert. L'intervention du roi saxon Henri Ier sauve le rebelle. En 935, les deux partis signent la paix. Raoul se concentre alors pour étendre son influence face aux grands seigneurs. Mais son action est vaine, il ne peut empêcher la divisions du royaume en grandes principautés, résultat de la féodalité et du pouvoir croissant de ses vassaux. Le roi ne possédant pas de ressources fiscales et donc d'armée était contraint de faire alliance avec les dynasties dominantes du royaume. Raoul meurt à Auxerre en 936.

Assassinat de Guillaume Longue-Épée

Fils de Rollon, Guillaume Longue-Epée prête serment au nouveau roi de France, Raoul de Bourgogne. Il est l'un des fondateurs du duché de Normandie. Il se marie avec la fille d'Herbert, comte de Vermandois. Guillaume surnommé "Longue Épée" est énergique est influent, il fit plusieurs alliances avec Hugues le Grand. Attiré dans un guet-apens, il est assassiné par les Flamands à Picquigny dans la Somme.

(Bibliothèque Nationale de France)

(Bibliothèque Nationale de France)

La restauration carolingienne

A la mort de Raoul, Hugues le Grand, fils de Robert de France apparaît comme le personnage le plus puissant du royaume. Il possède de nombreux comtés et plusieurs abbayes. Il ne souhaite pas gouverner lui-même car il ne veut pas abandonner ses comtés. Il décide alors de donner la couronne au fils de Charles le Simple : Louis IV d'Outremer, surnommé ainsi car il a été élevé à la cour de Wessex en Angleterre. Agé de 16ans, Louis débarque à Boulogne et ne constitue qu'un instrument aux mains de Hugues. Ce dernier utilise la légitimité carolingienne pour mettre à bas son concurrent Herbert de Vermandois. Louis s'émancipe très vite et devient bientôt le principal rival de Hugues. Après plusieurs esquives diplomatiques, le roi parvient à réunir une armée pour s'attaquer au duc Hugues. Seulement, il ne possède que la région de Laon, il n'a aucune autorité sur toutes les régions au sud de la Loire. C'est Hugues le Grand qui règne sur la Francia et la Bourgogne. Le roi est donc capturé par les Normands et livré à Hugues. Libéré un an plus tard, après avoir cédé la place forte de Laon, Louis IV fait alliance à son beau-frère Otton Ier (empereur de Germanie) qui n'accepte pas l'abaissement du pouvoir royal. L'armée ottonienne pénètre en France mais est incapable de prendre une place forte telle que Laon ou Paris. Hugues contrôle en effet la majeure partie du territoire du royaume. Mais le souverain parvient à le soumettre, qui est bientôt contraint de s'incliner sous peine d'exclusion de l'Église. Finalement, Louis meurt peu après d'une chute de cheval en 954. Et sous le consentement de Hugues le Grand, le fils de Louis, Lothaire, monte sur le trône. La mort de Hugues en 956 va favoriser le début de son règne. Mais la diplomatie prudente de l'héritier des Robertiens, qui lui permit d'agrandir considérablement son domaine, sous peine de refuser à deux reprises le trône, va permettre l'avènement de son fils : Hugues Capet. La dynastie capétienne va ainsi rester sur le trône près de 900 ans.


Sources et liens

Lectures conseillées